Adhérents : Troyes Rock And Metal – TRAM

Qui a dit que le rock était mort ? En tout cas, l’équipe de Troyes Rock And Metal fait des miracles depuis 2015 en le ressuscitant régulièrement avec des concerts à haute teneur en décibels qui font le plein. Ils ont même pris la décision de se spécialiser sur des esthétiques encore plus pointues… et ça marche ! Enfin, malgré la situation, ces gentil.le.s furieu.ses.x ont réussi à fêter leur 5 ans en septembre dernier avec un TRAM Fest “Covid Compatible”. Nous avons demandé à Maurine de nous éclairer sur le projet et le parcours de l’association.

 

Est-ce que tu peux revenir sur la naissance de TRAM et ce qui a motivé la création de l’association ?

Maurine : Pendant quelques années, j’ai aidé l’association « NO LIMIT’S FOR MUSIC » en prenant des photos et en aidant à l’organisation des concerts. À l’époque, la plupart se déroulaient à l’Ivanoff, un petit restaurant russe à Pont-Sainte-Marie, et le public répondait toujours présent, ce qui illustrait parfaitement la demande concernant ce style de musique. Après quelques années, l’association s’est arrêtée et peu de concerts metal avaient lieux sur Troyes, hormis ceux de de metal plutôt extrême de l’association TCPC (association troyenne d’une vingtaine d’années). Nous avons donc décidé de créer TRAM tout d’abord en programmant des styles allant du rock au metal, pour en proposer pour tous les goûts. Au fur et à mesure, nous nous sommes surtout concentrées sur les styles metalcore, deathcore et hardcore. L’association a donc été créée en août 2015. Tout est parti d’un statut sur Facebook et de mon envie de créer quelque chose, une association pour tous nous retrouver. Le jour même, une grosse centaine de personnes était ouverte à l’idée de créer une association et ensuite est arrivée de nombreuses propositions de noms, logos et idées votées toujours sur Facebook. TRAM, c’est avant tout une communauté qui était soudée dès le début et motivée à changer les choses et créer une nouvelle entité pour faire vivre le metal à Troyes. À l’époque, l’association était composée d’Aurélien (musicien), Olivia (secrétaire), Matthieu (trésorier) et moi (présidente). Aujourd’hui, je suis entourée de Baptiste (secrétaire), Matthieu et de nombreux bénévoles présents jours après jours pour nous aider lors des concerts donc merci à tous !

Matthieu : J’ai rejoint TRAM lors de sa création en 2015 en tant que trésorier. Aujourd’hui, ma mission principale n’est plus d’être le trésorier mais d’être derrière les fourneaux en proposant des repas bons et généreux à tous les musiciens et bénévoles présents lors des concerts. Je suis également chargé des afters des concerts et également de l’hébergement des musiciens. J’ai décidé de rejoindre Maurine pour animer la scène troyenne et faire vivre la musique metal à Troyes.

Baptiste : Lorsque Maurine cherchait une équipe pour l’accompagner dans le projet, j’ai été très emballé par l’idée, comme je sortais d’un BTS en production Audiovisuelle et que j’allais régulièrement voir des concerts de metal organisés par des assos locales. Je n’ai pas rejoint l’équipe tout de suite car je faisais mes études à Nancy, mais seulement un an après à mon retour sur Troyes, suite au départ d’Olivia qui occupait le poste de secrétaire (qui est désormais mon poste). Lors des concerts, je m’occupe en partie des entrées avec notre équipe de bénévoles qui sont toujours présents et je suis là également pour “ambiancer” le public.

Les 4 ans de TRAM – Septembre 2019 – Boyans Chopper Club

Que retiens-tu de l’organisation de concerts pendant plusieurs saisons dans les bars de la ville ?

M. : Nous avons organisé des concerts dans de nombreux bars de troyes et son agglomération : Le Midway, Le Mac Callary’s, Le Troyes Fois plus, Le Club 56, Le Gainzbar (devenu Shamrock) et l’Engrenage. Le constat est malheureusement loin d’être positif. L’emplacement des bars est idéal, car principalement en centre-ville. Le public peut donc facilement accéder à l’évènement à pied pour la plupart. Mais qui dit centre-ville, dit voisinage, et voisinage qui appelle les autorités dès qu’il se fait un peu tard et que le son les dérange. Même avec le public le plus respectueux du monde et une isolation phonique correcte, c’est souvent pendant la pause entre deux groupes, lorsque le public va faire une pause à l’extérieur, que les voisins se plaignent du bruit. Nous avons même dû arrêter un concert à l’Engrenage juste avant le dernier groupe. Parmi la liste, plusieurs bars ont fermé pour diverses causes comme le Mac Callary’s et l’Engrenage. D’autres ont dû réduire les concerts ou faire des styles plus calmes, comme le Troyes Fois Plus ou nous avons même adapté un concert d’Indie Rock mais les voisins se sont quand même plaint, ce qui n’annonce pas de bonnes choses pour l’avenir des styles alternatifs « violents ». Nous garderons à jamais un souvenir positif de nos concerts dans les bars et ne remercieront jamais assez les personnes nous ayant fait confiance pour accueillir un concert de TRAM. C’est grâce à eux que nous avons pu évoluer et grandir. Les petits espaces ont permis de créer du lien, une proximité avec le public. 50 personnes dans un petit lieux ont plus de cohésion que 50 personnes dans une grande salle et ca permet de créer une ambiance chaleureuse, autant pour les groupes que pour le public. Le plus important n’étant pas le lieu ou sa taille mais le public présent, qui au fil des années a augmenté, s’est soudé et a créé une réelle famille.

Dust Theority – Novembre 2015 – Midway Bar  – Crédits : Pascal Seher

Comment s’est passée la rencontre avec le Boyans Chopper Club dans les locaux desquels vous proposez désormais vos concerts ?

M. : Notre rencontre avec le club de bikers troyens, les Boyans, s’est faite tout naturellement au Midway [bar] il y a 4 ans. Greg, le président du club est venu à ma rencontre et a présenté son club, m’a parlé de son local et de ses projets de concerts. Cette rencontre a été un renouveau pour l’association car dès 2016 nous avons pu organiser notre premier concert au sein de ce lieu, à l’époque boulevard Chomedey à Troyes. Point positif, il était excentré du centre-ville, mais toujours accessible à pied et les voisins étaient assez loin pour ne pas se plaindre des nuisances sonores. Le lieu était grand, pouvait accueillir facilement 200 personnes avec une grande cour extérieure qui permettait de faire de chouettes concerts. Il y a 2 ans environ, le club a acquis un grand local au fond d’une zone de la Rivière-de-Corps, pouvant accueillir facilement 400 personnes, avec un grand parking et avec la particularité d’avoir un ring de box en guise de scène. Depuis ce déménagement, nous avons pu organiser de nombreux concerts, certes éloignés de tout, mais avec beaucoup de place et nous avons pu investir dans du matériel pour améliorer l’organisation des concerts, le son et l’image. C’est aussi grâce à cette grande cour que nous avons pu organiser notre tout premier festival en extérieur en septembre 2020.

Beyond The Styx – Mai 2019 – Boyans Chopper Club – Crédits :
TS Photographie

Comment avez-vous adapté votre soirée de concerts pour fêter les 5 ans de Tram en septembre dernier avec la Covid-19 ?

M. : Avec la crise, nous avons beaucoup hésité avant d’organiser cet évènement. Mais dès que nous avons su qu’il était possible d’organiser un concert en extérieur en respectant le protocole sanitaire, nous avons sauté sur l’occasion. De nombreux mois étant passés depuis notre dernier concert en mars 2020, juste avant le confinement et le manque d’évènements se faisait ressentir. Nous pensions qu’il était important pour nous de montrer qu’on pouvait continuer à faire vivre la musique metal sur Troyes malgré cette période. Tout l’été, ville en musique a pu avoir lieu dans de bonnes conditions, nous devions continuer sur cette voie. Nous avons donc agencé tout l’extérieur de cette grande cour [des Boyans] pour délimiter des espaces et prendre les mesures nécessaires. Un grand camion de 13m de long servait de scène pour accueillir les groupes, un espace protégé par une tonnelle a servi au merchandising. La zone du bar en assis et en extérieur était aussi délimitée. Tout le public devait porter un masque et se désinfecter régulièrement les mains au gel hydroalcoolique. Le bar extérieur était composé de tables et de chaises et comme pour les bars classiques il était autorisé d’enlever le masque seulement assis à table avec sa boisson. L’espace concert était donc sans boisson, debout et masqué. Le concert s’est très bien passé avec plus de 200 personnes et globalement tout le monde à respecter les mesures d’hygiène et porté le masque tout le long de la fête. Beaucoup de gens attendaient cet évènement et ce fût une réussite.

TRAM Fest #2 – Septembre 2020 – Boyans Chopper Club – Crédits :
TS Photographie

Peux-tu nous dire comment tu procèdes pour la programmation ?

M. : Concernant la programmation, nous marchons au cas par cas, selon les demandes, les besoins et également les coups de cœur. Nous recevons énormément de mails de groupes. La demande est beaucoup plus forte que ce que nous pouvons proposer et nous faisons au mieux pour être juste et faire jouer le plus de groupe possible tout en mettant en valeur des groupes locaux. Actuellement, les demandes de booking se font par Facebook, par e-mail à et nous avons également un formulaire accessible aux groupes pour qu’ils puissent entrer leurs informations dans la base de données qui sert à la programmation.

 

Vous proposez également du merchandising. Est-ce une source de revenus ?

M. : Nous avons eu l’occasion de proposer beaucoup d’éléments de merchandising : t-shirts, vestes, bonnets, casquettes, tote bags, cendriers de poches et écocups. Les bénéfices sont des revenus supplémentaires qui constituent la trésorerie pour diverses dépenses, des frais imprévus ou couvrir les pertes des concerts qui ont moins marché. Dernièrement, cela nous a permis d’investir dans une console lumière et nous allons bientôt investir dans d’autres éléments pouvant nous aider lors des concerts (câbles pour le son, lumières, multiprises, etc). Notre merchandising marche bien en prévente car nous avons un public qui nous soutien et aime être aux couleurs de TRAM. C’est grâce à eux que nous pouvons fonctionner sans avoir de stress financier et sans demander de subventions. Nous essayons de mettre en valeur les produits avec des shootings en extérieur. Le public nous envoie également des photos d’eux pour mettre en valeur les t-shirts ou les vestes sur les réseaux sociaux. Nous mettons également en valeur les talentueux artistes qui ont pu nous soutenir en nous proposant des designs travaillés et de qualité pour plaire au public. Un grand merci à Brkn-Hxnd, Mike Scythe, C3PO.LETTE, Ellipsoïd Tattoo, Selrak, Priscillia et Juliano, pour leur participation à l’identité visuelle de l’association.

Le merchandising de TRAM

Comment avez-vous découvert le Polca et qu’est qui vous a motivé à adhérer ?
M. : Nous avons découvert le POLCA par les réunions des organisateurs de concerts de l’Aube. Le coordinateur nous a tellement bien vendu le Polca pendant de nombreux mois que nous avons décidé de suivre de plus près l’actualité du réseau des Musiques Actuelles et montré notre soutien en adhérant. Grâce à ces réunions qui se déroulent aux Studios Ame du Temple nous avons pu, depuis quelques années, nous réunir régulièrement entre acteurs des concerts de l’aube pour parler de nos agendas, de nos idées, de nos problèmes et nous avons pu avoir de nombreux conseils et trouvé une oreille attentive pour nous aider à évoluer. Merci pour ça !

 

Suivre TRAM : Facebook

Posts created 311

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.