Artiste : Zombie King

Ce joli sobriquet pourrait cacher un vilain groupe de metal dégoulinant mais ce n’est pas le cas. Oubliez le
chant guttural et les guitares tranchantes : Zombie King fait du stoner. Leurs riffs de guitare lourds et cuisants sur lesquels vient se poser la voix aérienne d’Emeline dessinent des paysages arides et désertiques. Rencontre avec
de drôles de pistoleros ardennais.

Est-ce que vous pouvez nous faire une présentation de Zombie King et des quelques années d’existence du groupe ?

Zombie King existe depuis 2008. Le line-up actuel est composé d’ Emeline au chant, de Ben à la batterie, Charly à
la basse, et moi-même, Jérôme, à la guitare. Au jour d’aujourd’hui, nous avons sorti 3 disques. Un premier album éponyme en 2009, le LP « Son of a witch »en 2011, et notre dernier EP qui est sorti en avril 2014. On a essentiellement tourné dans le nord-est.

Est-ce que vous développez une esthétique particulière
autour de l’univers zombie ou est-ce que ça s’arrête au nom ?

Nous sommes effectivement très inspirés par l’univers cinématographique (le nom du groupe était à la base Zombie King and the legion of doom, une série B avec des catcheurs mexicains et des zombies !). L’occultisme, les monstres, les aliens, on puise notre inspiration dans une culture populaire et horrifique avec laquelle on a grandi et dans laquelle on baigne toujours. Ça se retrouve beaucoup dans nos textes. On préfère raconter des histoires plutôt que de dénoncer des choses, d’autres le font bien mieux que nous !

Est-ce que le succès populaire d’un groupe stoner comme les
Queens of the stone age a changé la perception de cette musique en
France ?

Personnellement je ne suis pas un grand fan de QOTSA. Nous sommes bien plus inspirés par des groupes comme Kyuss ou Fu-Manchu. En tant qu’ultime fan de Black Sabbath, mes riffs s’en ressentent également. Mais il y a un vrai engouement aujourd’hui pour la scène stoner c’est le truc un peu à la mode. Du coup beaucoup de bons groupes émergent dans l’hexagone et c’est tant mieux. Mais l’effet de mode commence déjà à faire son office, beaucoup sont déjà gavés par tous ces groupes qui essaient de surfer sur la vague. Certains sont de vrais passionnés, d’autres plus opportunistes, ça crée une masse dans laquelle il faut fouiller pour sortir les vrais pépites.

Est-ce que vous avez des connexions avec la scène stoner française ?

Oui, on a déjà partagé la scène avec certains des groupes les plus en vue dans le style. Je te parlai de vrais
passionnés juste avant. Et bien, partager la scène avec ces groupes des groupes comme Glowsun, Los Disidentes Del Sucio Motel, ou encore Stonebirds ou Wheelfall, est un vrai bonheur et un réel échange d’expériences, qui nous aide à avancer et qui nous motive à aller un peu plus loin.

Avec ce nouveau maxi, quels sont les projets de Zombie King ?

Se faire connaître, tout simplement. Contacter des chroniqueurs, des tourneurs, des groupes, le but est clairement de sortir de nos bonnes vieilles Ardennes, et d’aller proposer notre son ailleurs. Nous avons déjà eu quelques bons échos de l’EP, maintenant il faut qu’on trouve des dates. On commence également à préparer doucement le prochain disque, qui sera vraisemblablement un LP. Donc, si vous lisez ces lignes, faites-nous jouer !

www.facebook.com/zombiekingmusic

Posts created 283

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.