Gloomy Embody Abysmal – Dypression Pt.1 : The Cave

“Dypression Pt.1 : The Cave” est le second E.P. de Gloomy Embody Abysmal. Mais il ne s’agit pas d’un coup d’essai, loin de là ! En activité depuis 2006, le projet compte déjà dans sa discographie plusieurs Démos, un album (Suicidal Art en 2010), un autre E.P. (The Suicidal Trinity en 2015), et deux singles dans un ton résolument plus Post Rock, sans compter ses autres projets. Un jeune homme très prolifique donc, qui semble, sur ces cinq nouveaux titres, maitriser parfaitement son sujet.
La scène Metal n’a cessé d’évoluer ou de transcender les styles déjà existants, surtout ces vingt dernières années. Sans parler d’ésotérisme, je pense qu’il est important d’avoir quelques bases solides pour en apprécier sa portée comme il se doit, ce qui n’est pas forcément mon cas. Mais, poussé par la curiosité, en faisant confiance à mon ressenti, je me suis lancé à corps perdu dans l’expérience Black Metal/ Ambient proposée par Gloomy Embody Abysmal dans son nouvel E.P. « Dypression Pt.1 : The Cave », et je peux vous dire que je ne le regrette pas !

Car oui “Dypression Pt.1 : The Cave” est d’une cohérence et d’une intensité assez remarquable. Chaque morceau nous attire dans des eaux noires et profondes pour ensuite nous submerger sous des vagues du grand large à la hauteur démesurée. « Enigma », première piste de l’E.P., image déjà cette métaphore, avec une intro Ambient accompagnée d’une guitare presque hésitante et froide. S’en suit un déchainement crescendo, avec une rythmique de plus en plus frénétique. Puis arrive « Inside The Circle », avec ce riff de guitare, sur le refrain, qui oscille subtilement entre la lumière et la désolation, et cette alternance entre chant « screamo » et une voix claire, grave et désabusée. Cette touche Ambient, parlons-en : elle jalonne les pistes, offrant une dimension organique et profonde à des compositions déjà très habitées. Cette ambiance se prolonge durant la seconde partie de « The Great Sleep », avec ce synthé en nappe qui viens clôturer une déferlante instrumentale évolutive, ou encore « Void » qui vient clôturer l’E.P.. Pour le coup, la conclusion exclusivement Ambient me rappelle personnellement les travaux d’un certain Akira Yamaoka…

« Dypression Pt.1 : The Cave » est donc une réalisation, à la fois propre et minutieuse, où rien n’a été laissé au hasard pour nous tenir en haleine tout du long. Cet E.P. jouit aussi d’une sincérité certaine, où tout ce qui est présent fait sens, et où aucun ornement superflu n’a été rajouté pour maladroitement mettre en exergue un effet de style. Un excellent équilibre, en somme, et une sacrée découverte !

Clément

A écouter et commander sur Bandcamp

Posts created 293

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.