Adhérents : Le Chien à Plumes

Le plus petit des grands festivals est un évènement qui compte en Champagne-Ardenne ! Et comme les autres, ils ont du prendre la décision d’annuler l’édition 2020. Mais l’association haut-marnaise du Chien à Plumes, ce n’est pas que le festival ! Ce sont aussi une salle de concert, La Niche, et le festival de musiques extrêmes, le Outch. Nous avons donc posé quelques questions à Eric Meunevelle, en charge du festival du Chien à Plumes, et à Damien Dongois qui s’occupe plus particulièrement de La Niche et du Outch Festival.

 

Tout d’abord, comment avez-vous vécu cet épisode de confinement ?

Eric : Juste avant cette période de confinement, l’équipe était en pleine action avec les concerts et actions culturelles sur la Niche, et l’organisation du Outch d’une part et du festival Chien à Plumes d’autre part … On a progressivement senti la méchante bêbête arriver et la Niche a pu la veille du confinement accueillir Lofofora, certes concert limité à 100 spectateurs maximum. Depuis, l’équipe jongle entre télétravail et activité partielle pour traiter le report du festival du Chien à Plumes et du Outch, la suspension des activités de la Niche, imaginer l’avenir tout en gardant le contact avec notre public, les bénévoles, nos partenaires et les prestataires. On y a cru jusqu’à l’annonce que les grands rassemblements ne pourraient se faire avant début septembre.

 

Comment a réagi le public suite au report du festival du Chien à Plumes en 2021?

Eric : À l’annonce du report du festival du Chien à Plumes en 2021, nous avons réellement senti toute une communauté de fidèles attristée mais aussi solidaire et compréhensive face au phénomène sanitaire et à ces conséquences. Nous travaillons sur le report pratiquement intégral de la programmation 2020 en 2021 et l’ayant annoncé au plus vite, les aficionados du Chien à Plumes, pour la plus part, ont préféré garder leur billet qui sera valable pour 2021. D’autre part, pour mener à bien ce report et la prochaine saison de la Niche, l’association a lancé un appel aux dons (déductible des impôt à 66%) sur le site Hello Asso.

Eric et Damien

Comment avez-vous travaillé sur la prise de décision du report ?

Eric : Le report est venu comme une évidence. Vu les retours des festivaliers lors de l’annonce de la programmation 2020, toute l’équipe a eu rapidement l’envie de simplement reporter d’un an les festivités. C’est aussi une façon de soutenir les artistes qui étaient confirmés, aussi bien les têtes d’affiches que les découvertes et coups de cœur de l’année.

 

Quel va être l’impact de cette décision sur le projet global de l’association, dont La Niche et le Outch Festival font partie ?

Eric : Cette période est très particulière bien sûr, avec beaucoup de questions sur l’avenir. À quand la possibilité de vivre un vrai concert en salle ? Est-ce que le public répondra présent dès la réouverture ou faudra-t-il une période de retour à la normale ? Mais c’est aussi, et profitons-en, une période de réflexion, de retour à l’essence même du projet du Chien à plumes. Et par là, toute l’équipe est confiante, sereine et prête à repartir au plus vite.

 

Au sujet du Outch festival, est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur le format de l’édition qui a été reportée en septembre ?

Damien : Cette troisième édition sonne le retour d’une deuxième scène qui va nous permettre de proposer au public 20 groupes sur 2 jours contre 9 l’an passé. La recette reste la même : une programmation de musique extrême pointue. Du coté des internationaux, nous aurons notamment les papes finlandais du GrindCore, Rotten Sound, le renouveau belge du post-hardcore avec Stake ou encore les allemands de Stillbirth. Du côté de la scène nationale, il y aura des piliers de la scène comme Mortuary ou encore Sublime Cadaveric Decomposition mais aussi des tas de groupes underground en plein essor comme Point Mort. Je vais arrêter là avec le name dropping… L’idée est toujours de proposer un événement à taille humaine pour les amoureux du genre, avec le meilleur accueil possible pour le public : une décoration léchée, le camping au pied du festival, des bières locales, une restauration de qualité pour tous régimes alimentaires. Et des shows avec des jeux de lumières et un son fidèle aux attentes de tous. J’aime dire que le grind et le death sont le jazz du métal : on a besoin de tout entendre, le son doit être puissant et net, et grâce à nos techniciens hors pair, c’est le cas dans ce festival. Les styles à l’affiches du Outch sont pratiqués par des musiciens qui ont la pleine maîtrise de leurs instruments. Pour leur rendre honneur ainsi qu’au public, on ne peut pas se contenter d’un son approximatif ou de configuration technique underground mal dosée. Ceux qui sont déjà venus ont pu l’apprécier.

 

Et pour La Niche, quel est le programme ?
Damien : Malgré les événements récents, nous avons travaillé à une programmation à La niche fidèle à l’esprit du Chien à Plumes : éclectique et aux formes variées. Même si le détail des dates sera diffusé mi-juillet, nous avons programmé, en plus Outch, le ciné-concert “Darkstar” par Ropoporose, une soirée world / reggae avec Flox, Alambig et Wildation, deux journées jeune public ateliers et concerts avec Weepers Circus, du rap avec les hollandais de DOPE D.O.D., du psychobilly avec les légendes anglaises de Demented Are Go, une nuit electro « Les Dubbers ont du Coeur » caritative au profit du Secours Populaire, sans oublier le retour des guinguettes chaque Dimanche.

Pour suivre les actualités de La Niche : www.laniche.fr

Posts created 320

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.