Carnaval Triste

Carnaval Triste continue de creuser le sillon du rock français avec la sortie de leur deuxième album « Délirium obèse ». Et même si le groupe affiche une nouvelle énergie avec l’arrivée d’un nouveau guitariste, le parti pris du chant déclamé de François Rousseau est définitivement la marque de fabrique de cette formation atypique.

Est-ce que vous pouvez nous raconter ce qui s’est passé entre votre premier album et cette nouvelle sortie ?

« Basta cosi » est sorti en 2013, année durant laquelle nous avons été lauréats du ZOOM : musiques actuelles en Champagne-Ardenne. Ce dispositif nous a fait avancer sur de nombreux points. Grâce à plusieurs formations, nous avons acquis quelques outils théoriques et pratiques qui nous ont permis de mûrir notre projet. Nous avons, par exemple, travaillé sur nos outils de communication, visuels, site internet, vidéos…. 2014 fut marquée par la disparition de Maxime. Il était bien sûr l’auteur d’une grande partie de nos textes mais au-delà de ça, c’était un ami très proche. Si Carnaval Triste maintient son cap aujourd’hui, c’est aussi pour lui. En 2015, Flo nous a rejoint et avec lui, nous sommes entrés en studio pour enregistrer « Delirium obèse ». Notre volonté était de proposer un 5 titres plus rock que ce que nous avions fait précédemment. L’idée était que ce nouvel opus se rapproche le plus possible de ce qu’il se passe sur scène.

Un album de 5 morceaux, c’est assez concis. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

Aujourd’hui, si vous n’êtes pas suivi par un label, si vous n’avez pas de distributeur, c’est très compliqué de sortir un album. D’autant que je ne vous apprendrai rien en vous disant que les gens n’achètent plus de disques… Nous avons fait une sorte de compromis, même si je n’aime pas ce mot, entre la maquette et l’album. Nous voulions que ce 5 titres puisse être utilisé pour démarcher les professionnels mais qu’il soit suffisamment abouti pour que nous puissions le proposer au public.

Les textes sont toujours aussi sombres. Comment s’est passé le travail d’écriture des nouveaux morceaux ?

L’époque que nous traversons n’invite pas spécialement à la gaudriole. Ou alors il faut voir la musique, le spectacle vivant, comme étant réduits au simple divertissement. Ce n’est pas mon cas et de plus, j’ai beaucoup de mal à m’imaginer en train de chanter les sardines. Les nouveaux titres sont fidèles à notre identité. Certains sont emprunts de noirceur effectivement, d’autres sont beaucoup plus lumineux, mais le tout est toujours, je l’espère, au service d’une certaine poésie.

Comment s’est passé le choix de recruter un guitariste supplémentaire ?

C’est un choix que nous avons mûrement réfléchi. Le marché de la musique et de la culture en général étant ce qu’il est, la tendance est plus à la réduction d’effectif que le contraire. Mais nous avons préféré la cohérence artistique plutôt qu’un mauvais calcul stratégique. Notre volonté de départ était d’étoffer nos morceaux, d’aller plus loin dans les arrangements tout en ajoutant une touche de modernité dans les sons. Opter pour une seconde guitare nous permettait de répondre à ces attentes tout en affirmant un peu plus l’identité rock du groupe. Flo s’est très vite imposé comme étant la bonne personne et d’ailleurs aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il a toujours été là.

Comment avez-vous mis à profit le DSAR dont vous bénéficiez depuis un an ?

Le dispositif se déroule en deux parties. La première est consacrée à la formation et la seconde, à la diffusion. Lors de cette première année, nous avons donc évalué quels étaient nos besoins et avons pu ainsi bénéficier de deux résidences à La Chapelle Argence. La première nous a permis de travailler notre son à cinq. Nous avons fait appel à Olivier Moyne qui nous suit depuis le début de l’aventure. Lors de la seconde session, nous avons choisi de travailler sur l’aspect scénique avec Sonia Savary, coach artistique et metteuse en scène. L’année 2016 est dédiée à la diffusion. Chaque département doit programmer chaque lauréat du DSAR. En théorie, nous devrions donc faire quatre belles dates dans la région. On a hâte de pouvoir saisir cette opportunité d’aller à la rencontre du public.

Crédits : PC, RP

http://carnavaltriste.com/

Posts created 283

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.