Baptizein – Casern Session 1

À l’heure où le monde s’apprête à se manger une énième saison des « Anges de la téléréalité », plus une nouvelle saison des « Reines du Shopping », le tout assaisonné de niaiseries gargantuesques et soumis à l’acceptation d’un paiement en plusieurs fois sans frais pour faire plaisir à des gosses qui ne nous regardent plus, on peut réellement se poser la question « Where is le Punk ? »

Entendez bien, par Punk, rassurez-vous, je ne parle pas du tout de la vision « Boys bandesque » de Malcom Mc Larren utilisant 3 pré-pubiens dégénérés ne servant qu’a réaliser son rêve de management musical et intitulé les
« Sex Pistols » … Non ! Parlons de Punk, du vrai, du rocailleux, du DIY (Do it Yourself / Fait le toi-même – NDLR : Même si tu ne sais pas jouer de musique). Le vrai du vrai : du Garage, du Psycho, du NY Hardcore, du Grunge. Enfin… de tous les bastions du Punk sale qui définissent cette attitude : « Vivre Libre ou Mourir ! »

C’est donc avec cette réflexion Freudienne en tête que j’attaquais l’écoute de la dernière sortie de Baptizein. Quelle ne fut pas ma surprise lors des premières notes !

Tout commence bien avec un larsen ! La batterie et la gratte, soutenues par la basse : le son est « d’époque », à la
« Crass » ou « Dead Kennedy’s », ce son cartonné d’un micro plat posé devant l’ampli saturant. On ne s’emmerde pas, le tout c’est le live, d’être vivant, le micro n’a qu’à faire son boulot vu le prix de son acquisition.

Vous l’aurez donc compris, « Casern Session Act 1 » vous replonge dans l’ambiance pré 80’s du Rock made in un garage. C’est un avantage dans un premier temps. Fini le « Punk à Roulettes » que les darons à polo « Fred Perry » nous on fait bouffer étant teenagers (années 2000) à grand coups de skate à deux balles, de jean slim et d’attitude Street punk connecté. Mais cela a aussi un défaut et pas des moindres… Le punk, c’est le punk. On entend bien la rage qui sommeille en vous mais c’est du Punk, encore du Punk…

De très beaux interludes néanmoins et une pause avec la guerre sur « Trap » ou « Miracle » lors du déroulé de
l’album. Je ne vous donne pas le numéro des pistes, après tout c’est du Punk, vous chercherez…

On retrouve donc dans cet opus les stéréotypes et les influences de chaque Punk dans un Punk ( NDLR : valable aussi pour le garage dans chaque garagiste). Des « New York Dolls » ricains aux « The Thugs » frenchies, les amateurs se reconnaitront et on en redemande. Les autres passeront leur chemin, les vitrines de Noël étant plus
fortes sur le destin de leur vie qu’un album comme celui-ci.

Un bon album à offrir néanmoins à sa mère… Pas emballé, juste lancé sur la table avec un « Tiens, joyeux Noël. Ça te débridera un peu ce genre de zik »…

On dit bien « Punk un jour, Punk toujours » n’est-ce pas ?

Dove M.L.E.H

https://soundcloud.com/baptizein-secret-yolk/sets/casern-session-act-1

Posts created 283

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.