Fiche métier : chargé de mission musique

Ce mois-ci, Guillaume Deveney répond aux questions de notre fiche métier pour nous présenter son rôle de chargé de mission musique au sein de la structure Arts Vivants 52, une structure qu’il a rejoint en septembre 2018.

Prénom / Nom : Guillaume Deveney

Age : 33 ans

Structure : Arts Vivants 52

Fonction : Chargé de mission musique

 

Peux-tu nous parler de ton parcours professionnel ?

Guillaume : Mon parcours professionnel s’est construit sur trois aspects. j’ai commencé avec la pratique musicale. Après des débuts en tant qu’autodidacte dans les musiques actuelles, je me suis formé auprès d’une école de jazz affiliée à la FNEIJMA (la Fédération Nationale des Ecoles d’Influence Jazz et Musiques Actuelles), L’Institut Musical de Formation Professionnelle (IMFP) de Salon de Provence (13). Après deux ans d’étude (en classe de jazz puis en arrangement), je me suis orienté vers le Conservatoire d’Aix-en-Provence dans la classe de musiques actuelles dirigée par Thierry Riboulet, où j’ai obtenu au bout de cinq ans mon DEM. Parallèlement à ça, j’ai continué à pratiquer dans des groupes de composition (Haryon, Nox), puis en piano bar (happy hand), en tribute band (A
kind of Queen), en accompagnant des projets artistiques (Acordanse, La vie devant soi) et en orchestre de variété (Angel Music Show notamment). Actuellement, je travaille avec Main:Art, groupe de metal progressif qui a sorti son premier album, Synaesthetic, en 2018.

En parallèlle, j’ai abordé la musicologie. En même temps que j’approfondissais ma pratique musicale, j’ai suivi un parcours de musicologie à l’Université d’Aix-Marseille. En 2016, j’ai obtenu mon doctorat : mes études et recherches se portent exclusivement sur les musiques actuelles amplifiées, avec un master sur les mélanges entre musique « classique », musique traditionnelle et metal, puis une thèse sur la création dans les musiques actuelles amplifiées.
Au-delà de ça, j’ai fait de nombreuses conférences nationales (Angers, Paris, Evry, Aix-en-Provence) et internationales (New York, Helsinki, Canterburry, Louvain) sur l’étude des musiques actuelles, et publié des articles sur ce même domaine, autant sur l’étude historique, l’analyse musicale, ou encore la pédagogie de ces répertoires.

Enfin, mon parcours professionnel s’est aussi construit sur la pédagogie musicale. Une fois mon DEM obtenu, je
suis rentré à l’Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique (IESM) d’Aix-en-Provence pour passer mon DE de professeur de musique en musiques actuelles amplifiées, que j’ai eu en 2017. J’enseigne depuis 2011 à l’Université d’Aix-Marseille, notamment sur des ateliers de pratique collective des musiques actuelles, sur de l’accompagnement de groupe autour de la création de répertoire et de jeu de scène, ainsi que sur une initiation à la technique dans la production de spectacles.

Quel est ton rôle au sein d’Arts Vivants 52 et quels sont tes liens avec les autres membres de la
structure ?

G. : Mon travail s’articule autour de l’enseignement artistique (donc auprès des écoles de musiques publiques et associatives), l’éducation artistique (au contact de l’éducation nationale), et de la pratique musicale en amateur sur le territoire haut-marnais. Il s’agit avant tout de conseiller, orienter les structures partenaires dans leurs projets culturels. Une autre dimension de ma mission se porte sur l’animation du Schéma Départemental de l’Enseignement
et des Pratiques Artistiques – SDEPA. Nous proposons également un cycle de formation continue pour les enseignants de musique, ainsi que des stages ouverts au grand public.

Une partie de ce travail s’oriente sur l’observation et une réflexion autour des pratiques musicales sur le territoire. Quelles sont-elles ? Et surtout comment les développer au mieux ? C’est dans ce cadre que le rôle d’Arts Vivants 52 en tant que relais du Polca prend tout son sens, car elle permet de lier cette réflexion départementale avec un réseau d’acteurs plus important au niveau régional.

J’ai la chance de pouvoir travailler avec une équipe aux compétences diverses et complémentaires, ce qui permet de pouvoir obtenir des regards différents sur les opérations menées, grâce à une véritable concertation d’équipe.

 

Avec quel(s) type(s) de public(s) es-tu en relation et comment gères-tu cet aspect de ton travail ?

G. : De par mon rôle sur le territoire, j’ai la chance de pouvoirêtre en contact à la fois avec des professionnels de la musique (tant des pédagogues que des praticiens), mais aussi de faire le lien avec les musiciens amateurs et les associations qui souhaitent développer la pratique musicale de manière locale et/ou départementale.

Il est difficile de parler de gestion de ce paramètre, car les publics sont fortement liés à l’action que l’on mène (stage, spectacle, accompagnement, etc.). L’important, à mon sens, est de cibler clairement, dès l’élaboration
des actions, vers quel public ce projet s’adresse (dans le cas où ce questionnement n’aurait pas déjà été mené par l’un des partenaires de cette action).

 

Quelles difficultés as-tu identifié dans le cadre des tes fonctions ?

Je suis arrivé chez Arts Vivants 52 en septembre dernier. Je découvre encore ce territoire, mais j’ai été surpris par l’importance de l’offre culturelle qui est proposée dans un département rural. Etant originaire de Marseille, cela m’a conforté dans mon choix.

Parmi les difficultés que j’ai pu déceler jusqu’ici, la question des lieux me semble un point sur lequel il nous faut nous attarder. Autant concernant la diffusion que pour les salles de répétition, la Haute Marne a besoin d’engager une véritable réflexion sur le développement de ces structures, pour encourager la pratique amateur et la diffusion professionnelle. Cela ne peut qu’encourager les hauts marnais à pratiquer la musique, seul ou en groupe.

L’accompagnement des pratiques doit également continuer à se développer. Des initiatives se sont lancées, comme le dispositif « Tremplin » à Saint-Dizier ou la proposition de résidence du Chien à Plumes, mais ces offres
restent minoritaires et doivent prendre de l’ampleur pour développer l’offre sur le territoire, pour les groupes en phase de professionnalisation comme pour les amateurs. Arts Vivants 52 propose de ce fait également un accompagnement dans la pratique de groupe autour d’ateliers thématiques propres aux musiques
actuelles se déroulant sur trois week-ends d’avril à juin. Il ne s’agit cependant que d’un premier pas vers une réelle réflexion autour de l’accompagnement artistique, que l’on devra mener avec les différents acteurs de terrain.

 

Qu’est ce que tu apprécies le plus dans ton travail au quotidien ?

Beaucoup de choses sont passionnantes dans ce métier : le contact avec les gens pour élaborer, développer un projet me semble l’élément principal. Cela permet de voir différentes pratiques, différentes façons de penser l’enseignement et la manière de vivre la musique, et cela impacte énormément ma façon de mener mes actions.

Travailler aussi à une élaboration plus juste des pratiques culturelles au regard des besoins du territoire est tout aussi motivant.

Construire avec les gens, amateurs comme professionnels, reste l’une des raisons qui m’ont fait postuler à cet emploi.

 

Quelles sont les perspectives d’évolutions que tu as pu identifier ?

Etant donné que je viens juste d’arriver à Arts Vivants 52, et sur le territoire du Grand Est, c’est extrêmement difficile de pouvoir répondre maintenant à cela. Je peux simplement dire que j’ai été très content de voir une vraie volonté des acteurs du territoire (directeurs de structures, compagnies et artistes) ainsi que des membres de la vie politique à faire évoluer les pratiques et les politiques culturelles territoriales. Et ça ne peut présager que de bonnes choses pour la suite !

Il nous faut également renforcer nos partenariats avec les structures régionales de l’action culturelle afin de développer des projets cohérent sur l’ensemble du Grand Est comme à l’échelle départementale. Les partenariats avec le Polca ou encore l’INECC Lorraine en sont déjà deux très bons exemples.

Posts created 302

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.