Chinese Dog – Touch of Evil

Deux années ont passé depuis la sortie du premier EP éponyme du quatuor Chaumontais Chinse Dog. Le temps nécessaire pour produire les dix titres qui composent ce premier album « Touch of Evil » sorti sur le label Subwave Records.

C’est un son brut et pêchu que Rémi (voix), Mike (guitare), Brice (basse) et PP (batterie) nous proposent. Pas très étonnant quand on sait que le groupe a pour volonté d’avoir un univers musical de rock épuré et sans machines. Ce n’est pas rien de prendre le parti pris qui va à l’opposé des tendances actuelles de la scène hexagonale !  L’album s’ouvre sur « Born in a Trailer », titre porté par une guitare puissante sur laquelle viennent se greffer une lourde section rythmique. C’est un peu ce shcéma que l’on retrouve sur la majorité des titres, tous aussi énergiques les
uns que les autres. La voix de Rémi vient se poser avec légèreté sur les couplets, mais ce n’est que pour mieux se teinter de robustesse et de rage sur les refrains. Si on a plutôt tendance à secouer la tête en écoutant l’ensemble des titres de cet album, « Love Machine » est capable de nous faire bouger l’ensemble du corps en nous traversant des pieds jusqu’à la tête. « Frankie Machine’s Nightmare » vient nous surprendre avec son introduction et ses passages où les notes de la guitare s’allongent, comme en suspens dans le temps, surtout juste après « Keep the Motor Running » au sonbien gras. Elle vient apporter une ambiance beaucoup plus planante à cet album même si on reconnait le son ourd de la section rythmique du gang chaumontais. Cet album s’adresse sans conteste aux amateurs de rock de la première moitié des années 90, époque où les charts étaient dominés par des groupes comme Soundgarden ou The Stone Temple Pilots.

Emeline

Pochette de Eric Mugnier.

https://www.facebook.com/chinesedogband/

Posts created 320

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.