Belle Vie – Vie Souterraine

Comment parler de cet EP sans commencer par sa pochette troublante ? Deux mannequins de boutique de prêt-à-porter d’un autre âge le regard dans le vide. Stoïques dans la semi pénombre d’une pièce dont on ne sait rien…

 

Mais que peuvent-ils bien observer ? Je dirais qu’il peut s’agir là d’un regard distant sur le quotidien d’une vie humaine que reflètent les quatre titres de « Vie Souterraine ».

« L’homme au colt d’or », dernier titre de la tracklist, dégage quelque chose qui tient d’une mise en scène cinématographique. D’abord par son titre qui évoque les grands films western du genre « Il était une fois dans l’Ouest », mais surtout par l’atmosphère sonore de cette guitare planante qui s’accompagne d’une rythmique énergique et douce à la fois.

Ils sont nombreux aujourd’hui les hommages à Alain Bashung ou à une certaine forme de chanson française. Je pense notamment à des titres comme « Côté Concorde » de Feu! Chatterton ou, plus récemment « Juste avant le ruée » de Radio Elvis. Aussi appréciable que cela puisse être, la scène française semble bloquer sur un créneau bien précis. Comment alors se démarquer de ce qui a déjà été fait et entendu ? Parce qu’en tant qu’auditeur, on aimerait bien voir s’ouvrir de nouvelles portes…

Pour autant, ce premier EP de Belle Vie est une forte expérience musicale de pop habitée et incarnée. Le talent du groupe originaire de Troyes réside dans ce mélange subtil et mesuré entre une musique aérienne, presque vaporeuse, et des textes singuliers et poétiques, à l’instar de cette phrase du titre « Portes et Fenêtres » : « Dans cette scène quelques gestes te ressemblent un peu ». Une entrée en matière réussie pour Belle Vie !

Emeline Lamotte

// Facebook // Soundcloud //

Posts created 320

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.