Polca | Détail de l'actualité

Polca | Détail de l'actualité

POLCA - Pôle Régional Musiques Actuelles de Champagne-Ardenne

[ INTERVIEWS ]

PRÉSENTATION DES NOUVEAUX STATUTS DU POLCA / INTERVIEW DU PRÉSIDENT

publié le 16.07.2018


Le 3 mai dernier, les statuts du Polca ont été modifiés afin de permettre à toutes les structures musiques actuelles du Grand Est d’adhérer à l’association et ainsi, de participer aux travaux en cours (mise en réseau des diffuseurs, harmonisation de la prévention des risques auditifs, structuration des territoires), et de bénéficier des services proposés par le réseau (fonds mutualisé de trésorerie, veille informative, conseil et ressources…). Voici quelques éclaircissement du président de l'association, Patrick Legouix.

Présentation des nouveaux statuts du POLCA / Interview du président

Quelle est ton histoire avec le Polca et depuis combien de temps es-tu président du Polca ?

Patrick : À l’origine du Centre Info Musiques Traditionnelles et du Monde et de l‘Imca (Info Musiques Champagne-Ardenne), partie prenante du réseau des diffuseurs régionaux Museau, j’ai contribué avec les responsables des Centres Info Rock et Jazz à réunir en 2005 ces structures auxquelles se sont jointes l’Orange Bleue (Café-Musique) et la SMAC de Reims alors en préfiguration, pour fonder le POLCA sous la forme d’un pôle régional à vocation fédérative.

 

Peux-tu nous présenter les changements des statuts de l’association Polca qui ont été agréés lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 3 mai ?

P. : Le point principal de ces modifications concerne l’ouverture de l’association aux acteurs lorrains et alsaciens de la filière musiques actuelles. Et par voie de conséquence leur accès aux instances de gouvernance de l’association au sein d’un collège dédié du Conseil d’Administration.

Quel a été le processus qui a mené à ce changement ?

P. : Près de deux ans avant la fusion des régions qui nous a intégrés au « Grand Est », nous avons amorcé un dialogue avec nos homologues alsaciens et lorrains, et pris différentes initiatives de rapprochement, sous la forme notamment de rencontres thématiques organisées dans le cadre des festivals estivaux champardennais. La Région ayant pour sa part engagé une réflexion sur la structuration de la filière, nous avons pu exposer en octobre dernier les tenants et aboutissants de notre démarche associative, à laquelle ont souhaité adhérer des acteurs alsaciens et lorrains qui ne disposaient pas sur leurs territoires de réseaux comparables au nôtre. Ils sont une douzaine à avoir déjà été agréés à l’occasion de notre Assemblée Générale le 3 mai dernier.

 

Concrètement, qu’est-ce que cela implique pour le pôle ?

P: Nos moyens de fonctionnement, juste calibrés pour le développement du territoire champardennais ne nous permettent bien évidemment pas de déployer efficacement notre action sur l’ensemble du territoire du Grand Est, mais nous pouvons accentuer notre effort de coopération et de mutualisation, tout en accompagnant les initiatives qui permettront à terme d’atteindre l’équilibre des moyens, particulièrement humains, pour la structuration de la filière sur ce nouveau et vaste territoire.

 

Est-ce que cela change quelque chose pour les adhérents de Champagne-Ardenne ?

P. : Absolument rien pour ce qui est des services que l’association apporte habituellement à ses membres, mais cela ouvre en conséquence la possibilité d’une audience plus large et l’accès à un réseau plus grand de compétences et d’expériences.

 

Quelles sont les discussions en cours au sujet de la structuration des musiques actuelles du Grand Est ?

P. : Nous participons de toutes les instances de discussion régionales, notamment le Conseil Consultatif de la Culture, et des groupes thématiques (promotion/diffusion hors région, prévention des risques auditifs, production/labels,...) mais également nationales avec l’ensemble des réseaux musiques actuelles en régions, qui observent notre travail avec un grand intérêt, d’autant que le Polca a été et reste pionnier par nombre de ses initiatives. Au moment de cet entretien, nous sommes dans l’attente d’une réunion tripartite avec nos partenaires Région et État (Drac) pour (re)définir le cadre de nos moyens et de nos priorités en regard d’un projet associatif dont nous entendons défendre l’excellence du bilan et poursuivre le développement, dans l’intérêt des acteurs et usagers des Musiques Actuelles.