Polca | Détail de l'actualité

Polca | Détail de l'actualité

POLCA - Pôle Régional Musiques Actuelles de Champagne-Ardenne

[ INTERVIEWS ]

FICHE MÉTIER : SERVICE CIVIQUE - ASSISTANT COMMUNICATION

publié le 20.02.2018


Léo Cuvelier a rejoint l'équipe du Polca en tant que volontaire pour un service civique de 8 mois au sein du pôle "Coopération". En soutien de la communication et de la gestion du site internet, il nous parle de son parcours, de sa mission et de ses projets dans le cadre de cette fiche métier.

Fiche métier : Service Civique - assistant communication

Quel a été ton parcours avant d’arriver au Polca ?

Léo : D’abord un classique Bac S qui m’a amené vers un DUT MMI (métiers du multimédia et de l’internet) pour apprendre un peu tout ce qu’il y a à savoir au niveau web : communication, développement web, vidéo, graphisme, etc… Une formation vraiment polyvalente pour pouvoir toucher un peu à tout. Après j’ai quand même une grosse affinité pour la com’ et par corrélation, l’infographisme. J’ai aussi fait pas mal de trucs en autodidacte, principalement de la vidéo (tournage/montage sur des concerts, festivals) et du développement web pour une ONG humanitaire sur Troyes.

 

Pourquoi as-tu choisi de t’engager pour un service civique ?

L. : Le choix du service civique s’est fait principalement pour avoir une première expérience dans le monde du travail. Trouver du boulot en temps que jeune diplômé, en ce moment, c’est pas simple...alors avoir la possibilité de travailler avec toujours un tuteur au-dessus de soi (du moins c’est ce qu’il aime croire), pour vérifier que tout se fait dans de bonnes conditions, c’est vraiment pratique et formateur : ce n’est pas sans filet, on peut se corriger, se rattraper.

Pour le choix de la mission c’était plus simple : j’ai déjà travaillé sur des concerts, des festivals, donc le secteur de la musique, même si je ne le connais que succinctement, c’est un milieu qui me plait. En plus, au vu de ma mission, ce que j’allais apprendre et mettre en pratique me seraient forcement utiles à l’avenir.

Quelle est ta mission au sein de l’équipe ?

L. : Au sein du Polca, ma mission c’est principalement de m’occuper de la communication numérique avec Gregory Blanchon, mon tuteur. Ca commence avec de la veille permanente sur les réseaux sociaux (facebook, twitter) pour pouvoir retranscrire sur les pages Polca les dernières actus du monde de la musique (du Grand-Est évidemment), et remplir un agenda des évènements à venir. De la mise en page sur le site web d’articles que je (co-)écris : des interviews, news des adhérents Polca, des artistes, ce genre de choses.

D’un autre coté, comme j’ai aussi d’autres compétences, au besoin je fais du graphisme, du développement web ou même de la gestion de base de données pour simplifier le travail de mes collègues qui ne sont pas forcément spécialisés dans ces domaines.

 

Qu’est-ce que tu apprécies dans cette mission ?

L. : Je suis là depuis peu de temps mais pour l’instant, le plus sympa c’est l’équipe ! Un cadre super agréable (je bosse dans les locaux de la Cartonnerie à Reims), tout le monde est super motivé et travaille dans la joie et l’allégresse au rythme de la musique du bureau et des blagues foireuses de Greg et Rodolphe.

D’un point de vue purement travail, comme je fais beaucoup de choses dans des domaines assez différents, je n’ai pas vraiment le temps de me lasser d’une activité ou d’une autre, donc ça permet quand même de garder la pêche. Et mine de rien, je découvre énormément de groupes de musiques dont je n’avais jamais entendu parler donc c’est aussi intéressant de ce côté.

 

Quelles sont tes perspectives futures ?

L. : Si tout se passe bien, ces 8 mois devraient me conforter dans l’idée que la communication numérique est mon domaine de prédilection, donc je vais me servir de tout ce que j’aurais appris pour chercher du travail dans ce domaine. Je ne sais pas vraiment si je resterais en Grand-Est ou même dans le secteur de la musique, cela dépendra des opportunités !

A plus long terme, l’objectif ultime pour moi serait de lancer ma propre agence de communication/web avec une demi-douzaine d’anciens collègues de l’IUT qui, comme moi, travaillent pour engranger de l’expérience avant de se lancer.