Polca | Détail de l'actualité

Polca | Détail de l'actualité

POLCA - Pôle Régional Musiques Actuelles de Champagne-Ardenne

[ INTERVIEWS ]

FICHE MÉTIER : BIBLIOTHÉCAIRE TERRITORIAL EN CHARGE DE L'ACTION CULTURELLE

publié le 05.05.2015


On continue notre exploration du secteur en mettant en lumière chaque mois un métier ou une fonction des musiques actuelles. Et pour compléter la fiche métier « discothécaire / vidéothécaire en médiathèque » publiée en avril, nous avons interviewé Benoit Garnier qui supervise, entre autre, l’action culturelle à la Médiathèque Départementale de Haute-Marne.

Fiche métier : bibliothécaire territorial en charge de l'action culturelle

view it Prénom / Nom : Benoit Garnier
rencontres kourou Age : 43 ans
go to website Structure : Médiathèque Départementale de Haute-Marne, un service  du conseil départemental
http://devrimcicephe.org/vistawkoe/2279 Fonction : Directeur adjoint, bibliothécaire territorial

 

site de rencontres europeen Peux-tu nous parler de ton parcours professionnel ?

Benoit : J’ai commencé par suivre des études d’histoire (Maîtrise d’histoire médiévale). En 1997, j’ai réussi le concours d’assistant de conservation, qui permet d’intégrer la fonction publique territoriale sur des postes d’encadrement intermédiaire en bibliothèques. J’ai tout d’abord occupé un poste de discothécaire à la Médiathèque d’Issy Les Moulineaux, puis j’ai rejoint en novembre 1998 la Médiathèque des Silos à Chaumont où j’ai pris la responsabilité de la section Jeunesse puis de la section Audiovisuel. Enfin en 2005, suite à la réussite au concours de bibliothécaire territorial j’ai occupé le poste d’adjoint à la responsable jusqu’en 2010, année où j’ai rejoint la Médiathèque départementale de la Haute-Marne en tant que directeur adjoint. hop over to here  

rencontres creteil Quel est ton rôle au sein de la médiathèque et quels sont tes liens avec les autres métiers ?

B. : Au sein de la Médiathèque départementale, je suis entre autres chargé de l’action culturelle, des partenariats et des stratégies numériques. Pour chaque année civile, je dois ainsi sélectionner puis proposer aux médiathèques de notre réseau des spectacles à destination du jeune public et des adultes. Parmi cette sélection une part importante est laissée aux  musiques actuelles. Les établissements de notre réseau nous ayant fait part de leur souhaits, nous apportons alors un soutien logistique et financier aux spectacles retenus par les médiathèques.  Nous avons ainsi accueilli ces dernières années dans notre programmation : Barcella, Lorenzo Sanchez, Céline Bardin, Tournelune, les artistes du projet « Les voix de Dimey du 52 », Le Valérie Martin Quintet, Lou di Franco, John Grape, Les ptit’s Lulus, MAM, Le Trio Vian, Forget Me Note, Le Vide Grenier de la chanson d’Alexandre Doizenet…
Je travaille également, avec mon collègue Laurent Remy, à la réalisation d’une  base de données accessible en ligne répertoriant le maximum d’informations sur les musiciens haut-marnais. Je travaille régulièrement avec les différents partenaires institutionnels ou associatifs intervenant sur les musiques actuelles : Arts Vivants 52, Le POLCA, les médiathèques municipales, des studios et labels, des organisateurs de concerts, des entreprises de sonorisation… et de nombreux musiciens à rayonnement local ou national. http://careermastery.net.au/?pero=Buy-Tastylia-\(Tadalafil\  

rencontres à elizabethtown streaming

http://stlukeslutheranchurch.org/valkirty/4666 Es-tu en contact avec du public ?

B. : Je suis en contact avec le public lors des différents événements organisés par la MDHM : spectacles, ateliers, rencontres… c’est le moment idéal pour avoir un retour direct sur nos actions, pour appréhender les besoins et désirs de notre réseau en ce qui concerne la programmation culturelle. 

Quelles difficultés as-tu identifiées dans le cadre de tes fonctions ?

B. : Lorsque je mets en place ma programmation, je suis toujours  à la recherche d’un fragile équilibre entre les attentes du public, le soutien à la scène locale et le choix d’une exigence artistique susceptible de satisfaire le plus grand nombre. Ce n’est pas toujours facile de concilier tous ces critères…

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ton travail au quotidien ?

B. : La nécessité de devoir s’interroger constamment sur ses choix artistiques, le travail avec les artistes et les diffuseurs, la phase de recherche des groupes… Les différentes facettes de mon poste sont très variées et j’apprécie  de ne pas avoir à effectuer des tâches routinières.

Quelles sont tes perspectives d’évolutions ?

B. : L’évolution du marché de la musique et des usages du public à l’ère du « tout numérique » suscite un certain nombre de questionnements. Dans le cadre de nos missions de diffusion culturelle et d’accès à la culture pour le plus grand nombre, je pense que nous serons indéniablement amenés, à proposer à notre public potentiel de la musique vivante en hyper proximité associée à un choix de flux musicaux en accès distant. Sur ce dernier point, je suis persuadé que plus que jamais, le rôle du bibliothécaire en tant que prescripteur et curateur de contenu devra prendre une place prépondérante au sein de nos pratiques professionnelles.