Polca | Détail de l'actualité

Polca | Détail de l'actualité

POLCA - Pôle Régional Musiques Actuelles de Champagne-Ardenne

http://www.15m-acoruna.com/?privetys=los-sitios-de-citas&ca5=5d

[ INTERVIEWS ]

ART ET JAZZ DANS MA COUR

https://www.globalfashionagenda.com/masatela/2170 publié le 13.06.2014


their explanation C’est déjà la troisième édition du festival Art et jazz dans ma cour qui se déroulera les 14 et 15 juin à Hermonville. Cette manifestation originale cherche à réconcilier, si tant est qu’ils soient fachés, les arts plastiques avec la musique jazz pour provoquer une rencontre inattendue. Nous avons voulu en savoir plus en interrogeant Stéphane Keyser à l’origine du projet.

Art et jazz dans ma cour

rencontrer le pape à rome

why not try these out additional hints Comment est né le festival ?

Stéphane : Le festival est né essentiellement de l'association d'un groupe de 5-6 copains. Autour d'une bouteille de champagne, on a refait le monde et puis on s'est dit qu'on voulait présenter le village d'Hermonville aux gens des alentours car on le trouve magnifique. On s'est donc demandé comment on pouvait faire venir des gens sur Hermonville et les intéresser. On s'est d'abord dit qu'on allait faire une exposition d'art,. L'idée de base, c'était de faire construire une œuvre par un artiste devant le festivalier. Et puis une idée en entrainant une autre, on s'est demandé ce qu'on pouvait associer à l'art pour faire plus dynamique, on s'est dit la musique ! Et ça a été assez rapidement vers le jazz parce que c'était convivial et que ça nous permettait de jouer dans les granges et attirer une population qui soit en adéquation avec le lieu. On voulait que les festivaliers qui viennent soient intéressés par l'art, le lieu et la musique. Voilà comment est venu l'idée du festival Art et Jazz dans ma cour.

rencontre femme 35 40 ans Justement, tu parles de ce mélange entre l'art et le jazz, est-ce que vous avez constaté que c'était le même public ou qu'il y avait plutôt un public pour l'art et un autre pour le jazz qui se mélangeaient ?

S. : Ce n'est que la 3ème édition donc on a du recul que sur les deux premières, on ne peut pas vraiment dire qu'on ait eu un constat à faire sur les gens qui venaient. On vend un concept aux festivaliers, qui est pour eux de venir passer un bon moment avec une exposition d'art et de la musique. Je ne sais pas s'il y a autant de connaisseurs d'art que de jazz, ou de gens intéressés par le concept complet en lui même de flâner dans les rues et de visiter les granges et le village. Je crois que c'est un peu de tout ça. Il y a vraiment une ambiance dans ce festival qu'on pense ne pas retrouver ailleurs, mais ce n'est pas prétentieux du tout !

http://www.lovelyappetite.com/?milkiwety=site-de-rencontre-pour-femme-de-taille-forte-quebec&5ea=31 Comment travaillez-vous votre programmation ?

S. : La première année, la programmation s'est faite à l'arrache. On n'y connaissait pas grand chose. On est des amateurs, mais pas des connaisseurs. De concerts en concerts où on est allés, on a pris essentiellement des régionaux. Christophe Lartilleux est venu dès la première année. C'est quelqu'un de vraiment très sympa et très accessible. Il nous a donné pas mal d'idées et des contacts de personnes qu'il connaissait. La deuxième année, on a eu spontanément une candidature de quelqu'un du village qui s'est dit « moi je connais le jazz, je veux venir vous aider ». Ca nous a bien sauvé, car encore une fois nous ne sommes pas des connaisseurs. Il nous a fait une programmation très dynamique et nationale avec notamment Electro Deluxe. Il n'a pas souhaité reconduire pour la 3ème année et c'est finalement encore une autre personne du village qui est venue, Julien Huot, qui joue dans les Fils Funky, Les Vieux Déboulent, et est issu de la fanfare. On a préféré garder le côté tout public plutôt que d'aller trop vers la fanfare. Il s'est tourné vers le Sacre du Tympan qui reste dans le jazz. On avait aussi eu un contact avec Enzo Production, qui nous avait amené Electro Deluxe il y a deux ans, qui nous a proposé cette année André Manoukian et China Moses. Je pense que c'était pour nous une belle reconnaissance pour ancrer le festival dans une renommée un peu plus importante.

http://meliggoi.gr/mokryxa/3711 Vous êtes adhérents du Polca depuis 2-3 ans, est-ce que tu peux nous dire pourquoi tu as choisi de rejoindre le Polca et qu'est-ce que ça t'a apporté ?

S. : A l'époque, il y a quelques années, j'avais trouvé l'initiative de Julien qui avait rassemblé tous les créateurs de festivals très intéressante, en construisant des ponts entre nous plutôt que des murs. On était allés à une réunion, malheureusement on a tous des activités autres que le festival donc on ne peut pas toujours être présents mais c'est assez dynamique, on y trouve notre compte. Je ne peux pas dire qu'on s'appuie vraiment sur les structures car on n'est pas demandeurs, mais je pense que si nous l'étions, on pourrait trouver de l'aide de ce côté là.

http://colombiatourstickets.com/?viowq=site-de-rencontre-pour-millionnaire&447=9a Est-ce que vous avez aussi des échanges avec d'autres assos du jazz en région ?

S. : Pas du tout, on n'a pas été contactés, on ne les a pas contactés non plus, c'est certainement de notre faute. Je ne les connais pas en fait, à part un peu Jazz Us, qui sont aussi adhérents du Polca. Ils sont venus nous voir il y a quelques mois parce que les festivals itinérants avaient besoin d'un lieu pour se poser. C'était plutôt réussi, il y a eu tellement de monde qu'on a du bloquer les entrées donc a priori le concept a plu !